Réponse sur Après la mort

Croyez vous a une autre vie après la mort ?

 

Bonjour,

 
Dans la même veine, Sartre est arrivé à une conclusion plus pousée : « L’univers sans Dieu, sans raison d’être, est absurde dans son ensemble et dans ses parties. »

Mais ce n’est que l’affirmation que penser sans vouloir tenir compte de Dieu :
1- est un moment « jouable »,

2- conduit à perdre le sens au profit de l’absurde, de l’aléatoire, d’un néant – bien relatif, controuvé (selon qu’on est bien dans un monde où erreur comme mensonge peuvent avoir libre cours);

3- sans que ce soit la vérité la plus haute que l’on puisse atteindre, quant à ce qui est.

Alors, bien sûr que la vie ne s’arrête pas qu’à des corps.

Bien sûr qu’elle est un cadeau – temporaire – c’est-à-dire un prêt ! dont on peut jouir ou dont on peut détruire l’articulation (entre le fini et l’infini) à notre gré.

Bien sûr qu’il y a un Concepteur et Réalisateur initial de ces choses, Créateur d’un fini en devenirs viable ou avorté (Darwin d’ailleurs, comme Descartes ou autres, ont dit d’autres choses intéressantes en tant que croyants, avant de perdre la foi du fait de leurs envolées icariennes et autres égarements d’anges déchus…).

Si on ne veut pas le croire dans ce côté du Tout, on le découvrira dans l’autre versant, mais alors, est-il écrit, la liberté de choisir d’être intelligent sans Dieu ou avec Dieu n’existera plus.

Les témoignages de la réalité de l’envers de notre décor (pièce, comédie, tragédie déroulée dans un temps si court) sont si nombreux que c’est un suicide que de refuser de chercher plus loin que l’apparent. C’est aussi stupide que de voir le soleil tourner autour de nous et de croire que c’est cela la seule réalité.

Si donc vivre selon une conception ou représentation matérialiste (« le vrai matérialisme ») fait de la vie future une absurdité, remarquons – comme Sartre ou Camus s’en sont aperçus – que cela introduit plus exactement l’absurde, le non-sens, dans cette existence-là!!?

… avec cette incohérence majeure, que ceux qui pensent ainsi :
1- pensent (réfléchissent !?) pour rien, puisque de toute façon tout cela est absurde et mène à néant… Mais ils n’arrêtent pas de penser pour autant (!?);

2- et continuent même en fait, à vouloir – à peine consciemment, mais quand même… – faire des prosélytes de leur vision* (doctrine, religion !?…).

Alors, si je peux me permettre, cherche la lumière de ce qui est, la vérité dans ce domaine comme dans tous, et tu sauras. Que la vie est une merveille – actuellement accidentée, embourbée, réduite… pour des raisons à découvrir et remédiables – qui peut nous être partagée pour l’éternité…

Bien cordialement
___________
* ce que je fais moi-même – bien sûr, pour le partage du sens des réalités, et de la foi comme moyen d’accès au savoir et à Celui qui est la vie et l’éternel… qu’il veut nous donner…

Ce n’est pas « une autre vie », c’est seulement un continuum sous une autre forme.

La vie ne s’arrête pas, elle se retire d’un corps comme on coupe l’arrivée d’électricité à un ordinateur, comme on ferme l’arrivée d’essence au moteur d’une voiture.

Lorsqu’on nous dit que Darwin donne pour réponse: « Le vrai matérialisme fait de Dieu une impossibilité, de la révélation une vue de l’esprit, et de la vie future une absurdité. », on ne résoud rien de la problématique de la vie et de la mort.

C’est juste dire que « le vrai matérialisme » est une conception du Réel qui empêche d’accéder à tout ce qui est de l’éternel.

C’est réduire, sans preuve ou base de justification, la vie au temps, la vie à de l’existant.

Une telle affirmation est certes une vérité en soi - dans un système de penser possible – qui ne fait que dire que si, dans le libre jeu d’indépendance de pensée, nous refusons le Divin et l’éternité, on est laissés libres de le faire. Mais en aucun cas cela signifie qu’il n’y a pas de Dieu !
(il existe plein d’autres systèmes fermés comme celui-ci, avec une cohérence interne, mais sans cohérence avec le système ouvert de la création…).

« »