Réponse sur Les faux enseignements

Que pensez-vous du caractère fallacieux des Lumières?

Bonjour Tancrède,
Je suis heureux de voir qu’il y a dans les ténèbres d’un athéisme ambiant parvenu (parvenant) au bout de son mirage, des lumières qui se font sur Les lumières – éclairage électrique par rapport au rayonnement solaire – devenues un point de départ d’une dérive spirituo-intellectuelle « mortelle »*.
« Dérive » car autant les Descartes, Diderot, Rousseau, Darwin… étaient à l’origine des croyants, autant leurs développements de pensées « propres » ont servi de tremplin aux mécréants pour « jeter le bébé avec l’eau du bain ».
C’est un peu comme si les lumières avaient été le moment où des cosmonautes avaient commencé à sortir de leur vaisseau spatial (religion) pour flotter dans le vide – tout en étant retenus et alimentés par un cordon (de la foi).
Mais non contents de découvrir une ivresse de liberté, eux-mêmes sur leur fin ou d’autres à la suite ont carrément tirer sur le fil jusqu’à le rompre… ce qui donne cette pseudo-liberté plus grande où l’homme se croit devenu le maître de l’univers parce qu’il peut s’y mouvoir sans contraintes – croit-il ! –… ce qui a quelque chose de vrai pour le court laps de temps qu’il lui reste à vivre.
Pseudo-liberté car à l’image de Descartes qui, réalisant qu’il peut penser par lui-même,  croit déjà Etre (« Je pense donc je suis »), alors qu’il n’est qu’Existant (de exil, par rapport à la vraie vie) > la vraie proposition étant : Je pense, dont j’ai une existence dotée de quelque liberté personnelle = dont je dois savoir quoi faire…
Bref, face à l’éternité que représente l’étendue céleste dans laquelle à la fois sont et ont l’impression d’être nos cosmonautes, que peuvent ces sauts de puce de la pensée humaine ? Que parviennent-ils à faire toucher ?
Réponse: Néant, avouent-ils eux-mêmes… ayant perdu les fondements qui font notre contexte – immuable – d’existence, cet environnement infiniment réel qu’ils n’ont en rien changé: Ils n’ont fait que rêver qu’ils allaient le faire, voire ils l’ont occulté davantage encore que ne le faisait (que ne le fait) la religion.
Si donc il est vrai
- que la religion en tant que concept ou système – que Jésus est venu dénoncer et non pas réformer !?… – est une longe qui retient plus qu’elle ne guide,
- et que les « philosophies » – que je préfère appeler philonoucies – n’ont fini que par rendre le voile séparant le Ciel de la terre (le temps de l’éternel, l’homme de son Créateur),
il n’en reste pas moins vrai que Dieu est, et que les paroles qu’il a données aux hommes ne passeront pas**, disant notamment (ou entre autres) qu’ « il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. »***
Ainsi pour avoir cessé de suivre Celui qui a dit « Je suis la lumière du monde », les hommes réfléchissant – mais si mal – celle du Créateur/Rédempteur, se sont perdus dans les ténèbres du dehors, là où la liberté se tourne vite en non-sens, dixit le constat amer de Sartre: « L’univers sans Dieu, sans raison d’être, est absurde dans son ensemble et dans ses parties. » > Fin « des lumières », extinction des feux artificieux en effet qui naissent de la raison humaine qui s’est livrée à elle-même.
Bonne question, pour que le retour à la source lumineuse intarissable permette encore de faire entendre le message de la grâce rédemptrice, et de sauver de la mort quiconque croit.****
Bien cordialement et bon WE.
_________________________
* Mortelle en ce sens qu’elle a dépouillé l’homme de sa vision globale de ce qu’il est: un être mortel qui, s’il ne trouve pas solution face à une fin certaine, ne parviendra pas dans la (vraie) vie, qui n’a pas de fin…
** « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas. » Jésus, in la Bible, Nouveau Testament, Evangile selon Matthieu ch. 24, vers. 35.
*** Livre aux Hébreux, ch. 9, vers. 27.
**** Bonne Nouvelle – signification du grec qui donne Evangile – de Jésus le Christ Sauveur.

_____________

Kant était une figure de proue des Lumières, et il a montré ce qu’on peut appeler l’illusion des Lumières. C’est précisément ce qui a dupé de nombreux athées modernes.

Alors que nous pensons que nous sommes au rez-de-chaussée de la conscience, Kant nous montre un tout autre niveau en dessous de ce que nous pouvons examiner. La plupart des gens supposent simplementque, notre raison et nos sens nous donnent accès à la réalité extérieure d’un monde où il n’y a qu’une seule limite à ce que l’être humain peut connaître. Cette limite est la réalité même.

De ce point de vue, encore largement répandu par beaucoup dans notre société, les êtres humains peuvent utiliser les outils de la raison et de la science pour trouver de plus en plus, jusqu’à ce que finalement, il n’y ait plus rien a découvrir. L’erreur des Lumières considère que la raison humaine et la science peuvent, en principe, accéder éventuellement a comprendre l’ensemble de la réalité.

« »